jijel-archéologie : apercu_prehistoric

jijel-archeo

jijel-archeo

Jijel, Archéologie d'un espace

 


Archéologie

« Le passé n'est pas derrière nous, il est sous nos pieds » Proverbe arabe

jijel-archeo

 Aperçu préhistorique de l'Algérie

Aperçu préhistorique de l'Algérie

Gravure représentant une girafe au Tassili

Ces lignes vont nous faire découvrir une période passionnante de l’Histoire Humaine en Algérie : sa Préhistoire. Qui au monde ne connaît pas les gravures et peintures rupestres du Tassili. Le site ne date seulement que de 10 000 ans, alors que d’autres noms algériens en sont plus anciens et aussi célèbres. Pour preuve, les outils anciens ou galets aménagés de Aïn Hanech près de Sétif, l’homme de Ternifine, celui encore de Mechta el Arbi, le site de Bir el Ater, qui a donné le nom à une civilisation préhistorique en Afrique du Nord, l’atérien. Les sites animaliers et les Ramadyate ou escargotières des hautes plaines, les dolmens et la série mégalithique de Roknia. Et pour clore, les nouveaux sites de Tin Hankaten et de Mankhor dans le Sahara.

Ce résumé évoquera le parcours magnifique dans le temps des cultures des civilisations préhistoriques sédentarisées sur le sol algérien, et partagées avec d’autres populations du Maghreb et du nord du Sahel.

Cette chronologie des cultures s’appuie sur la longue évolution humaine, de sa pensée, depuis les premiers australopithèques jusqu’à l’homo sapiens, ou homme moderne. En corrélation avec le perfectionnement constant des outils en pierre taillés, qui a conduit aux techniques industrielles de plus en plus complexe, catégorisant de ce point, les différentes cultures dénommées « civilisations préhistoriques ».

Parlons maintenant des périodes préhistoriques reconnues en Algérie. Ce sont:

Le paléolithique inférieur

Attesté en Algérie dans les gisements d'Aïn Hanech près de Sétif, du plateau de Mansourah à Constantine, de Tan Kena dans le bassin d'Illizi. L'industrie associée au célèbre site de Aïn Hanech est datée de plus 1.5 millions d'années, du début du quaternaire, se caractérise par des galets aménagés taillés en polyèdres; les éléments d'éclats se font dans plusieurs directions pour arriver à une sphère à plusieurs facettes , appelé "sphéroïde à facettes". Attribué à l'australopithèque du début du quaternaire, on a pas jusqu'à maintenant retrouvé de traces de cet hominoïde.

Sphéroïde à facettes (Aïn Hanech) Sphéroïde à facettes (Aïn Hanech)
Sphéroides de Aïn Hanech (Fouilles de 1952)
 

L'Acheuléen

Bifaces acheuléens (Elma Labiod)

Caractérisé par des galets taillés sur deux faces que l'on appelle "biface", et l'apparition du hachereau et du trièdre, il doit son nom au célèbre site de Saint-Acheul en France. Représenté en Algérie par le site de Elma-Labiod près de Tébessa avec de très beaux outils, il en existe en Algérie de nombreux autres sites qui ont laissés des traces d'industries à bifaces, parmi eux ceux d'Alger, de Jijel, de Mansourah et les gisements sahariens de l'erg Tihadaïne ( Tassili N'Ajjer), etc... A l'Acheuléen, on a associé l'homme de l'Atlas (Atlanthropus mauritanicus), homo erectus découvert à Ternifine (Palikao) et daté d'environ 700.000 ans.

Bifaces acheuléens d'Elma Labiod (Tébessa)

Le paléolithique moyen

L'outillage est obtenu généralement à partir d'éclats, selon une technique révolutionnaire:" la technique Levallois". Le débitage à partir d'un galet (bloc mère) aboutit au nucléus d'ou l'on peut détacher l'éclat ou l'outil. Sa chronologie se situe sans doute entre 40.000-25.000 ans av.-J.c. Deux cultures partagent le paléolithique moyen maghrébin: le moustérien et l'atérien.

Le Moustérien

Rare en Afrique du Nord, 3 sites seulement sont attestés en Algérie dont celui de Retaïmia près de oued R'hiou (Chélif). Au djebel Irhoud au Maroc on a retrouvé des homo sapiens rapportés au néanderthaliens. Il se définit par la prédominance des racloirs de technique levalloisienne. Aucune trace d'humains en Algérie.

L'Atérien

Civilisation typiquement maghrébine, elle doit son nom au site éponyme de Bir El Ater près de Tébessa. D'autres gisements existent en Algérie, celui  des phacochères à Hydra (Alger), etc...
Les outils atériens et moustériens possèdent de grandes parentés. L'originalité de l'atérien se résume au pédoncule qui emmanche certains outils.

L'épipaléolithique

L'épipaléolithique est le produit d'homo sapiens fossiles, c'est à dire d'hommes modernes. L'industrie est caractérisée par l'abondance des lames, lamelles et l'apparition d'une industrie microlithique, d'outils nouveaux qui servent à broyer (molettes) et d'os polis. L'épipaléolithique et représenté au Maghreb par l'ibéromaurusien et le capsien. 

L'Ibéromaurusien

Contrairement à une idée ancienne, l'ibéromaurusien est une culture typiquement maghrébine, majoritairement littorale, bien qu'on le retrouve aux confins de l'Atlas saharien, Sidi Hocni (Tiaret), El Houta (Laghouat), Crâne de l'homme type de Mechta el ArbiBoussaâda,...Les gisements les plus importants se trouvent à Afalou Bou Rmel (Bejaïa), la grotte Rassel (Tipaza), Columnata (Tiaret), Rachgoun (Aïn Temouchent). L'habitat est généralement en abri sous roche ou en plein air.

Crâne de l'Homme d'Afalou

Daté entre le XXe et le Xe millénaire avant le présent, l'outillage ibéromaurusien est en grande partie composé de lamelles dont l'un des bords a été retouché (Lamelle à dos rabattu) et d'os polis (sagaie, couteaux, hameçons, perforants,...). La découverte la plus extraordinaire de l'ibéromaurusien au cours des dernières années fut la mise à jours dans les sites de Tamarhat et celui d'Afalou Bou Rmel (Bejaïa), par Slimane Hachi, de figurines zoomorphes en terre cuite qui fait reculer l'apparition de l'art préhistorique en Algérie de milliers d'années. De nombreux squelettes Cro-Magnon se rapportant au type dit de Mechta El Arbi ont été exhumés dans les nécropoles de Afalou et de Columnta. Ces hommes pratiquaient l'avulsion des incisives supérieures.

Le Capsien

Du nom antique Capsa de la ville de Gafsa (Tunisie), cette culture se présente par ses "ramadyates" ou escargotières, amas cendreux riche en escargots terrestres contenant une riche industrie microlithique. Daté entre le VIIIè et Vè millénaire, son aire d'extension couvre les hautes plaines orientales et centrales du Maghreb. La sculpture et la gravure représente l'art capsien précurseur pour certains de l'art néolithique si remarquable en Afrique du Nord. Pratiquant l'avulsion dentaire, l'homme capsien est un protoméditerrannéen. Les principaux sites capsiens en Algérie sont ceux d'Aïn Dokha (Tébessa), Sidi Hocni (Tiaret), Rocher des pigeons (Djelfa)...

Le néolithique

Le néolithique pointe néolithique sahariennea débuté il y à environ 8000 ans. Connu sous le nom de "âge de la pierre polie", la technique du polissage devient de plus en plus fréquente sur des roches plus dures, la retouche de l'outil est nouvelle, au lieu de la percussion, celle-ci est remplacée par la retouche par pression sur toute la partie de l'éclat. Comme en témoigne les magnifiques pointes de flèches sahariennes.

Pointe néolithique saharienne

La céramique fait son apparition, celle de la terre cuite se développe et divers ustensiles sont fabriqués pour les utilisations domestiques diverses, stockage de l'eau et des grains, cuisson des aliments... Ces poteries sont montées généralement par la "technique du colombin". L'utilisation des meules à grain pour broyer les grains à l'aide de molette en meulière, quartzite, granite...devient courante. Enfin l'homme du néolithique se sédentarise et pratique l'agriculture.Au cours du néolithique se développe un art extrêmement somptueux et varié s'exprimant à travers les gravures et peintures rupestres surtout au Sahara et dans l'atlas saharien.On reconnaît 4 grandes périodes de cette épopée rupestre.

La période du Bubale

La plus ancienne, peut aller jusqu'à 10.000 ans selon certains auteurs. Les représentations sont de deux types: 1- Les gravures caractérisent l' époque dite du "buballe" où sont privilégiés les représentations de la grande faune africaine sauvage (girafes, rhinocéros, antilopes,...) et la présence du buffle antique (Pelorovis antiqus). Le bubale est un grand ruminant dont les cornes pouvaient atteindre 2m d'envergure et qui s'éteignit à la fin de cette époque. 2- Les peintures quant à elles se retrouvent dans la période dite des "têtes rondes" où sont représentés des personnages aux grandes dimensions possédant des visages arrondis sans yeux, ni bouches. Des motifs symboliques en spirales accompagnent parfois ces peintures.

La période Bovidienne

S'échelonne sur deux millénaires. Les hommes représentés sont des pasteurs qui poussent leurs troupeaux de chèvres et surtout des boeufs à trames, accompagnés de chiens (Sloughis). Ils se servent d'arcs à triple courbure de javelots et de boomerang dans un paysage de savane arborée.

La période du Cheval

Le cheval apparaît vers le milieu du 2e millénaire av-J.c. tirant des chars de guerre à deux roues.Survenue de caractères alphabétiques de nature libyco berbère (dont est issu l'alphabet actuel des Touaregs, le Tifinagh).

La période du chameau

Les conditions d'aridités entamées vers la fin de la période cabaline, annonçant la fin des temps néolithiques, s'accentuent durant la période cameline avec des changements faunistiques et artistiques majeurs.L'apparition du dromadaire débute avec l'an zéro de l'ère chrétienne.


(N.B.)

On pressent un autre étage rupestre ancien qui serait caractérisé par des gravures représentant des figures anthropomorphes de forme ovalaire. Site de Kel Esseuf (génie en tamachek). Période des Djin? ou des Génies?...

Karim Hadji

« La préhistoire est une science du passé, mais elle n'est pas une science dépassée » Philippe Tacquet

Préhistoire Algérie [PREHISTORIC DZ] © 2009

 

 
Imprimer| Haut de page| Retour| Ajouter aux Favoris| jijel.archeo@gmail.com

Site réalisé et édité par Archeonat & Jijel-Archeo - © Copyright 2006-2016 Tous droits réservés. Aucune partie de ce site ne peut être reproduite, stockée, copiée ou transmise par aucun moyen, sans une autorisation préalable de l'éditeur, sauf pour le seul usage personnel ou scolaire. All right reserved. No part of this publication may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted in any form or by any means, electronic, mechanical, photocopying, recording or otherwise, without prior written permission of the publisher, except for only personal use or school. Recherche et référencement