jijel-archéologie : beni_ftah

jijel-archeo

jijel-archeo

Jijel, Archéologie d'un espace

 


Archéologie

« Le passé n'est pas derrière nous, il est sous nos pieds » Proverbe arabe

jijel-archeo

 Béni F'tah Laroussa jijel

Le Mégalithe d'El Aroussa
(Hadjrat Laroussa)

Au col des Béni F'tah


Le mégalithe d'el AroussaLe mégalithe d'El Aroussa

Monument protohistorique à la signification diversement interprétée. Il serait selon certains le lieu de rituels religieux et saisonniers où peut être le point culminant d'une délimitation géographique, non encore cernée, des tribus qui y vivaient.

Il subsiste ça et là de restes de dolmens, malheureusement le temps et l'ignorance feront qu'ils disparaîtront un jour. Bien qu'ils soient des lieux mythiques où seraient nés les premières tribus berbères.

Pour parler du mythe, une légende proche de celle de Hammam Meskhoutine de Guelma relayée par les habitants de la région a été relatée par C. Féraud dans son livre sur l'histoire de Gigeri. Voici son commentaire.

«... Les dolmens étaient regroupés au nombre de six ou huit ; un seul était resté debout, c’est celui que les Kabyles nomment El-Aroussa, la fiancée. On pense aujourd’hui que le mégalithe toujours dressé est beaucoup plus un indicateur géographique ou tribal. Le mythe qui entoure ce monument ressemble à la légende qui entoure celle de Hammam Meskhoutine, près de Guelma...».

«...Un frère voulait épouser sa soeur ; Dieu, pour empêcher ou punir cette union incestueuse, transforma en pierre le couple criminel, au moment où il se transportait vers le toit conjugal. – Les deux blocs perpendiculaires qui servent de pieds à la table du dolmen, représentent selon les habitants du lieu, le corps et les jambes de la mule qui portait la fiancée. La table serait l’Aroussa elle même, et, enfin, la dalle qui ferme le monument du côté ouest serait le mari. Plusieurs autres blocs informes jonchent le sol aux environs ; ce sont là les parents, les témoins et les amis invités à la noce. Le kadi qui aurait présidé au mariage figure au nombre des coupables métamorphosés : on le remarque à son ampleur et à une certaine blancheur que n’ont pas ces compagnons d’infortune...»


Restes de ruines romaines à Béni F'Tah


Saint Paul

Lors de notre visite à Hadjaret Laroussa, «La pierre de la mariée», dans les monts de Beni Fetah (Photo d'en haut), nous nous sommes permis une petite excursion dans les alentours immédiats, là où la carte mentionne des vestiges romains. Et là, nous fûmes enchantés par une belle découverte, celle d'une gravure sur grès, probablement inédite!, montrant un poisson très bien figuré. Le trait vert sur la photo, suggère la forme du poisson. C'est ce que l'on a cru voir. On connait la relation du poisson avec les saint chrétiens, à moins qu'il existe une toute autre interprétation!

Des ruines de peu d'importance, indiquerait sans doute l'existence d'une résidence rurale. Des élèments creusés dans le rocher, suggérerait encore des structures qui serviraient à la fabrication d'huile d'olives. Ces blocs de pierre travaillés ne serait donc que des éléments d'une huilerie.


Huilerie Huilerie Restes probable d'une huilerie
 

Plus loin, sur un sol décapé, repose un gros bloc comprenant des entailles et rigoles. Les traces en surface penchent pour son utilisation probable à moudre du grain.

Moulin Moulin Autres vestiges
 

Le monument du 10e de ligne [1857]

Monument du 10e de ligne

Ceci pour la partie antique, entrons dans l'histoire pour aller visiter un haut lieu de la résistance contre la colonisation, de la moitié du 19e siècle. Pour cela, direction nord vers le sommet du djebel et jetons un coup d'oeil su le monument du 10e de ligne. C’est le lieu, où se déroula la fameuse bataille de Beni F'tah, qui opposa les soldats français du régiment des grenadiers du 10e de ligne, venus de Sétif et les habitants de la région, au tout début de la colonisation, plus précisément en 1857. Le capitaine Dufour, qui commandait la section, fut frappé à mort et succomba avec ses officiers, ses sous-officiers et trente-cinq grenadiers. Le reste des troupes ne durent leur salut qu'avec l'arrivée en renfort de deux brigades d'infanterie que commandait le général de Saint Arnaud gouverneur alors de la province de Constantine.

Lors de l'occupation définitive de la région, les français érigèrent ce monument en mémoire de leurs morts.

L'inscription du monument du 10e de ligne


Détail de l'inscription

10 E DE LIGNE
11 MAI 1857

Karim Hadji

jijel-archeo © 2009



 

 
Imprimer| Haut de page| Retour| Ajouter aux Favoris| jijel.archeo@gmail.com

Site réalisé et édité par Archeonat & Jijel-Archeo - © Copyright 2006-2016 Tous droits réservés. Aucune partie de ce site ne peut être reproduite, stockée, copiée ou transmise par aucun moyen, sans une autorisation préalable de l'éditeur, sauf pour le seul usage personnel ou scolaire. All right reserved. No part of this publication may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted in any form or by any means, electronic, mechanical, photocopying, recording or otherwise, without prior written permission of the publisher, except for only personal use or school. Recherche et référencement